Les escaliers.


di Giuseppe Campagnoli Giuseppe-Campagnoli

In una disquisizione sull’architettura moderna  tra il mio amico di Nantes Denis Brochet e un mio conoscente JP Cornill de La Boule (località balneare bretone prestigiosa per i parigini, tipo quelle della Versilia o la costa ligure sebbene fondata da mercanti di schiavi..)  è scaturito uno scambio di opinioni sull’edificio del tribunale di Nantes ad opera dell’archistar (ancora!) Jean Nouvel di cui vi offro la mia versione (in francese). Alla fine  il Sig. Cornil mi ha inviato una specie di presentazione compromissoria sulle “scalinate” nel mondo, Non male! Meglio raggiungere la natura che brutti edifici!

“Le tribunal de Nantes: une histoire pas seulement d’architecture

Libération écrivait sur l’esthétique carcérale du tribunal de Nantes et sur la symbolique pesante.

La justice ou la répression?

La transparence est blessée par le noir et l’obscurité et enfermée par les barreaux d’une prison ante-litteram.

Jean Nouvel, Renzo Piano, Rogers, Gery, ne sont pas mon idéal d’architecture. Ils sont des constructeurs de machines mirabolantes: ni d’architecture ni d’art.

Ils sont aussi les “archistars” du marché, les mauvais épigones de Mies Van der Rohe, Gropius et Le Corbusier et les partisans d’un discutable néorationalisme et d’une technicité contemporains.

Pour moi l’architecture est terminée dans les premières années du XIX ème siècle.

L’architecture, comme l’art, doivent etre emphatiques, à l’échelle humaine, vivables et accueillants.

L’architecture n’est pas le manifeste de la mégalomanie et du narcissisme des architectes!

Sur le blog.des-tours-de-france on peut lire “Son architecture simple exprime la force, supposée vertu de la justice, et utilise la transparence par de grandes parois vitrées, autre nécessité de la justice. La couleur extérieure dominante est le noir, et Jean Nouvel a utilisé, dans un style moderne, les formes classiques du péristyle et des colonnes. Les salles d’audience sont en bois rouge. Je n’aimerais pas être justiciable en ce lieu, je trouve cet endroit oppressant est ce peu être volontaire, le noir tant extérieur qu’intérieur marié avec le rouge sang des salles, mais aussi des moquettes en étage me donne une étrange sensation…”

J’ai trouvé la lettre d’un cher ami nantais, qui m’a inspiré cette réflexion, très “constructive” et “poétique”. C’est vrai: le Tribunal de Nantes est une architecture sans hormone mais aussi sans humanité et sans esprit: une machine à juger (au contraire de la “machine à habiter” de LeCorbusier), un espace absent et vague.

Si l’architecture et l’art doivent avoir une fonction de communication et d’usage esthétique et humain, le tribunal de Nantes est une boite et une bete noire! L’architecture publique doit protéger, réconforter, guider et se faire reconnaitre en dialoguant avec les architectures historiques, la ville et la nature. L’architecture doit provoquer empathie et sympathie, et non pas aliénation ni sujétion ou indifférence.

Je suis d’acord: il faut le détruire comme beaucoup d’autres mauvaises architectures en Europe et dans le Monde désormais globalisé pour le mal. Ma pioche est prete! Parfois le fait de penser une architecture et de la dessiner avec un CAD plutot que avec la main, produit des prisons au lieu d’un batiment scolaire, d’un tribunal, d’une église!”

Giuseppe Campagnoli,  Novembre 2014

Escaliers

Tribunal de Nantes Senza titolo3

Senza titolo

Senza titolo1

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...